Un article Urbanizi

Top 16 des travaux de viabilisation d’un lotissement, avec les tontons flingueurs.

Aucun texte alternatif pour cette image

9H00- Cabane de chantier.

Lotissement du Granit. Démarrage du chantier imminent. Reste quelques bricoles à régler entre Robert-maître d’œuvre VRD et Michel- conducteur de travaux en entreprise de travaux publics.

Robert moe : « Ça fait 20 ans que je suis maître d’œuvre en VRD et j’ai jamais vu ça ! »

Michel TP : « La jérémiade, ça a toujours été le truc des maîtres d’œuvre ! »

Robert moe : « Un lotissement, c’est un lotissement ! Il y a des règles à respecter ! Tu vas pas me poser les lampadaires avant de me faire les terrassements ! »

Michel TP :  » Écoute, on se connait pas. Mais laisse moi te dire que tu te prépares à des nuits blanches, des migraines, des nervous breakdown comme on dit de nos jours. »

Robert moe : « J’ai une santé de fer, v’là 15 ans que j’vis à la campagne, que je me couche avec le soleil et que je me lève avec les poules. Tes conseils de TP, tu peux te les garder ! »

Michel TP : « T’as tort. Une boîte de TP ça connait son boulot. J’me gourre jamais en rien ! »

Robert moe : « Tort ou pas tort, c’est moi le patron ! »

Michel TP : « T’es complètement fou comme mec ! Mais moi, les dingues, je les soigne ! J’m’en vais te faire une ordonnance, et une sévère. Je vais te montrer ce que c’est qu’une boîte de TP ! Aux quatre coins du chantier qu’on va te retrouver éparpillé par petits bouts façon puzzle ! Moi, quand on m’en fait trop, j’correctionne, je dynamite, je disperse, je ventile !

Robert moe : « Je vais te travailler en férocité, te faire avancer à coup de latte ! A coup de bulldozer !

Michel TP : « Vous avez été contraint par vos affaires ? »

Robert moe : « Pas par mes affaires. Par vos méthodes. Une méthode ça démarre à A et ça va jusqu’à Z! C‘est de la cuisine. Il faut de l’ordre. On commence pas à avaler la soupe de pot au feu sans avoir cuit le choux et la bidoche »! »

Michel TP : « Tu sais combien ça va me coûter de ma poche tout ça ? Au bas mot 90 briques!

Robert moe : “Les prix s’oublient, la qualité reste !”

Michel TP : “Du rêve! Rêves-tu en couleur ?”

Robert moe : “Je ne rêve pas en couleur, je ne rêve pas en noir, je ne rêve pas du tout, je n’ai pas le temps !”

Michel TP : “Robert l’emmerdeur, c’est comme ça que je t’appelle moi !”

Robert moe : “Michel mon petit, je voulais pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier, l’homme de la pampa parfois rude reste toujours courtois, mais la vérité m’oblige à te dire que ton organisation commence à me les briser menu !”

Michel TP : “Faut que je sois tombé dans une sacré béchamel infernale pour t’écouter causer !”

Robert moe : “Les génies de l’aménagement urbain ne se baladent pas pieds nus, mais en bottes ! Moi je connais qu’une loi, celle du plus fort. Alors, tu vas me faire le plaisir de respecter mes directives ! Les travaux de mon lotissement, ils vont se passer comme ça :

En 1, l’implantation. Tu vas me ramener ton géomètre, ton décamètre, ta lunette, ta mire et fissa !

En 2, le décapage de la terre végétale et les terrassements. Je veux voir les bulls, les pelles et les semi-remorques en action dès lundi ! Pour tout ce qui est réutilisation des déblais, tu me fais une analyse GTR.

En 3, l’assainissement. Et fais gaffe à la pente. Un mec comme toi serait capable de faire couler la flotte vers le haut de la montagne ! Et tu m’envoies toutes tes fiches techniques des produits pour validation, avant les travaux !

En 4, la couche de forme. Je veux du solide, du résistant ! Je veux une PF2 !

En 5, l’eau potable. Et avec tes magouilles, je tiens à ce qu’elle reste potable ! Pas de bidouille avec les essais de pression et l’analyse bactériologique.

En 6, les réseaux télécommunication. Tu m’écoutes toujours Michel ?”

Michel TP : “Mes oreilles t’appartiennent mon p’tit Robert !”

Robert moe : “En 7, le gaz. Prudence oblige. Tu es délicat. Pas de remblais avec ta pelle à chenille 40 tonnes !

En 8, la basse tension. Et je t’avertis que le grillage avertisseur rouge sert à avertir et pas à décorer !

En 9, l’éclairage public. Et comme t’as pas la lumière à tous les étages, je vérifierai le dimensionnement des câbles.

En 10, l’empierrement. Et on n’est pas radin sur les coups de cylindre !”

Michel TP : “Évite de passer devant l’engin, l’accident bête peut arriver !”

Robert moe : “En 11, les bordures. Avec des joints et bien calées !

En 12, la grave bitume. Je te préviens, je serai là pour mesurer l’épaisseur. Et si j’ai le moindre doute, je te demanderai des carottages sur tout le chantier !”

Michel TP : “La triche c’est pas le genre de la maison.”

Robert moe : “En 13, la couche d’émulsion. Et pas de projection sur les bordures toutes neuves ! C’est pas de l’art contemporain !

En 14, les enrobés. Du noir. Du BBSG 0/10 sur les voiries et du 0/6 sur les trottoirs. Et je veux pas voir un flash ! L’eau, elle coule vers les grilles, elle ne reste pas coincée le long des bordures.

En 15, la terre végétale. Et de la bonne, de la fertile, pas celle qu’on trouve dans le fond des tranchées. Tu vois ce que veut dire Michel ?”

Michel TP : “Ce sera de l’excellente, de la raffinée !”

Robert moe : “En 16, la signalisation. Et les lignes blanches seront à tracer le matin. La dernière fois, ton équipe a fait ça après manger, et bizarrement, il ni y’avait aucune ligne de droite !”

Michel TP : “Défaut mécanique probablement.”

Robert moe : “Question pognon, une facture par mois, pas plus.”

Michel TP : “T’as toujours grincer des dents avec l’oseille ! Et pour revenir à l’organisation, je peux peut-être changer deux ou trois choses ?”

Robert moe : “Écoute Michel, tu fais autorité en matière de bulldozer, tracteur et Caterpillar, mais tes opinions sur l’organisation, je te conseille de ne les utiliser qu’en suppositoire et encore pour enfants !”

Michel TP : “Maintenant qu’on s’est tout dit, on se prendrait bien un p’tit verre ? Tu m’en diras des nouvelles Robert. On a arrêté la fabrication, y’a des chefs de chantier qui devenaient aveugles. Alors, ça faisait des histoires.”

Robert moe : “Ah ! Faut reconnaître, c’est du brutal !”

Michel TP : “J’ai connu une polonaise, chauffeur de scraper, qu’en prenait au p’tit déjeuner. Et bien, elle était beaucoup plus performante au boulot que tous les bonhommes !”

Articles récents

Suivez-nous

Abonnez-vous à l'Urbanewsletter !

La newsletter mensuelle des actus du monde de l'aménagement urbain !